Un casseur à l’Odéon

Avec sa Dame aux camélias, Frank Castorf propose un étrange bric-à-brac, écœurant autant que fascinant.

Frank Castorf, à Berlin, pratique le théâtre comme des militants d’extrême gauche faisaient naguère exploser une caserne ou un commissariat. Avec ce casseur, c’est la guerre à l’ordre établi. Il n’est pas le premier mais, après des débuts pendant lesquels il montait des spectacles dépouillés et électriques, il a introduit la vidéo et s’est mis à additionner les langages pour composer des soirées fleuves relayant la sauvagerie du rock et une mise en cause furieuse des formes classiques. À présent, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.