Nous, Princesses de Clèves

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


« La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second. » Dans cette phrase inaugurale de la Princesse de Clèves, se manifestent d’emblée l’esprit et la langue du Grand Siècle. Et c’est cette œuvre, considérée comme le premier roman moderne de la littérature française, qu’une professeure de français d’un lycée situé en ZEP dans les quartiers nord de Marseille, a donné à étudier à sa classe de 1re. Aurore, Cadiatou, Abou, Manel, Mona, Albert… sont ainsi les protagonistes de Nous, Princesses de Clèves. Mais pas en tant qu’élèves se confrontant à l’étude d’un chef-d’œuvre. Le documentaire de Régis Sauder ne porte pas sur l’école. Ce que montre ce film est beaucoup plus rare : l’appropriation par des jeunes d’aujourd’hui d’un texte vieux de plus de trois siècles, ce que celui-ci révèle en eux, et l’ébranlement intime qu’il provoque. En supplément, cette édition DVD propose un portrait de 4 des lycéens qui ont participé au film.

Nous, Princesses de Clèves, Régis Sauder, Shellac, 1 DVD.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.