À contre-courant / Quel traité après le 6 mai ?

Incapables de réduire leurs déficits, de nombreux États européens ont l’œil rivé sur la présidentielle française, espérant en silence une renégociation du traité d’austérité. Le Président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé la nécessité d’un pacte de croissance. Celle-ci a assoupli sa politique monétaire en abaissant son taux directeur. Elle a prêté mille milliards à taux réel négatif aux banques dans l’espoir qu’elles achètent des emprunts d’État à bas taux, sans se soucier de « l’aléa moral » par lequel…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.