Jeanne d'Arc entend-elle les voix du Front national ?

Ce 1er mai 2012, les 17,9% du premier tour de la présidentielle donne un parfum de victoire et de suffisance au rassemblement du Front national. Quant à ce qu'elle fera le 6 mai, Marine Le Pen votera blanc. Reportage.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Sur l'avenue de l'Opéra, les cars alignés viennent des quatre coins de la France. Scotché à leurs vitres, le visage tout sourire de Marine Le Pen. Ce 1er mai, date de la traditionnelle fête de rassemblement du FN autour de la figure de Jeanne d'Arc, la candidate aux 17,9% a dû l'attendre avec une impatience toute particulière. Bien sûr, il y a l'hommage à la pucelle d'Orléans, mais en cette période d'entre deux tours, Marine Le Pen va pouvoir conforter sa petite victoire face à ses militants ébahis.

Le cortège, survolé d'une nuée bleu blanc rouge, s'avance face à l'Opéra. Ce mardi matin, les manifestants FN sont partis de la place du Palais-royal pour passer ensuite place des Pyramides, où domine une Jeanne d'Arc toute d'or et de détermination. Destination l'estrade où les Le Pen, père et fille, vont prendre la parole. Dans le foule, des slogans aussi éclairés qu'éclairants : « Islam, hors d'Europe » , « Français réveille-toi, tu es ici chez toi » , ou encore « Gauchos, collabos » . Un petit groupe se lance dans une série de « Du PQ pour les sans papiers » , qui fait manifestement son petit effet. « Ah, elle est bien bonne celle-là. C'est vraiment chouette » , lâche une femme d'une cinquantaine d'années.

Parmi la foule hétéroclite, jeunes, familles modèles, vieux fumant des gitanes, se promènent quelques blousons Lonsdale. À l'intérieur, des malabars aux oreilles percés buvant de la bière. Des ados s'agacent de voir qu'ils sont photographiés. « Et voilà ce qu'on va retenir de cette journée » , soupire un des jeunes.

La lignée de Marine

Arrivée face à l'estrade, la foule patiente sur un fond de musique. Le Boléro de Ravel. L'enregistrement s'interrompt et les pontes du FN font leur entrée. Le président d'honneur, comblé, s'avance. Jean-Marie Le Pen rappelle, une fois encore, le destin si extraordinaire de celle qui s'est battu contre les Anglais lors de la guerre de Cent ans, lui inventant un patriotisme qui, à cette époque, n'existait pas.

« Ceci est l'histoire de la France. Notre histoire à nous qui n'est pas celle des autres » , tient-il à préciser. Il cite ensuite un discours d'André Malraux, prononcé en 1964 à Rouen, enrôlé à ses dépens dans une réunion frontiste. « Certes, Marine n'est pas Jeanne d'Arc, mais elle fait partie, comme elle, de la lignée de ceux qui ont défendu la France » , prône Jean-Marie Le Pen, sans rire bien sûr, avant de laisser la place.

UMPS

Marine Le Pen passe plus rapidement sur l'histoire de Jeanne d'Arc. C'est la fête du travail, « la fête de tous les travailleurs » , qui la motive davantage. Les drapeaux français frémissent, les manifestants aussi. « Nous fêtons également cette extraordinaire réussite de l'élection présidentielle » , lance la présidente du FN. La foule hurle sa joie. Marine Le Pen explique que seul le FN fait de la politique. « Chez nous, pas de calculs et de combines, ni de manipulations » . « Sarkozy menteur » , rétorquent certains. Le Medef et la CGT ? L'UMP et le PS ? Tous ont lutté « main dans la main » contre le FN et « ont fait de notre pays un hall de gare » .

Pour Marine le Pen, l'UMPS forme un même système au service de Europe et des banques. « Le 6 mai, ce ne sera pas un président de la République qui sera élu. Mais un simple employé de la Banque centrale européenne » .

Sans grande surprise, Marine Le Pen annonce qu'elle votera blanc au second tour, sans donner de consigne de vote. Pour la présidente du FN, le seul rendez-vous à retenir est celui des législatives.


Photo : AFP / Kenzo Tribouillard

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.