Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 5€/mois. :

Politis Web illimité

5 par mois Offre de lancement
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

9 par mois Offre de lancement
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Les réfugiés syriens veulent se faire entendre

Les Syriens qui ont fui les violences se mobilisent pour tenter d’obtenir une intervention diplomatique et humanitaire. 12 activistes ont fait une grève de la faim de 9 jours à Paris.

Le mouvement a grandi sur les réseaux sociaux et au fil des rassemblements de soutien au peuple syrien. Petit à petit, des collectifs d’activistes, réfugiés après le début des violences, se sont créés dans plusieurs villes d’Europe et du Moyen Orient. Le 26 août 2012, une cinquantaine de militants ont entamé une grève de la faim pour tenter de faire pression sur la communauté internationale.

12 Syriens réfugiés en France avaient rejoint le mouvement le 27 août. Ils ont mis fin à leur jeûne après 9 jours, mardi 4 septembre, mais fixent aux autorités françaises la date du 20 septembre pour tenir les « promesses », tenues secrètes, qu’elles leur auraient faites.

Illustration - Les réfugiés syriens veulent se faire entendre Le collectif informel s’oppose à toute intervention armée et au soutien matériel à l’Armée syrienne libre. Ils demandent en revanche la création « d’au moins deux couloirs de sécurité » permettant une intervention humanitaire sur le sol syrien sous l’égide de l’ONU. Ils appellent aussi la communauté internationale à expulser l’ensemble des diplomates syriens encore en poste et à adopter des sanctions contre la Russie et l’Iran qui soutiennent le pouvoir de Bachar el-Assad. Dans leur déclaration commune, mardi 4 septembre, les 12 activistes demandent également un « avertissement » de l’ONU au gouvernement égyptien, « pour le pousser à interdire l’accès au canal de Suez à toute embarcation transportant des armes ». D'un assistant de la procureure de la Cour pénale internationale, ils disent enfin avoir reçu des garanties qu'une enquête serait prochainement ouverte.

« La situation en Syrie est extrêmement grave. On compte déjà 30 000 morts depuis un peu plus d’un an. Pourquoi personne ne leur vient en aide ? », prévient la réalisatrice Hala Al Abdalla, venue soutenir les grévistes de la faim.

Les activistes reprendront le 20 septembre leur grève de la faim si aucune de leurs revendications n’est satisfaite. Ils se donnent aussi du temps pour s’organiser et rassembler, ils l’espèrent, des soutiens d’organisations françaises.


Photo : Paris, 11 février 2012. AFP / Bertrand Langlois

Haut de page

Voir aussi

Articles récents