Cinéma du réel : Le top des docs

Le festival Cinéma du réel offre une programmation toujours éclectique et exigeante.

Une figuration onirique qui sortirait des ateliers de Dali. Avec ses personnages étranges, difformes, aux allures de Minotaure. Telle est la peinture de Bahman Mohasses. Une peinture marquée par un sentiment de fin du monde, sulfureuse, provocatrice. À l’image de l’artiste iranien. Disparu en 1954, comme évaporé des rues de Téhéran. Certains prétendent qu’il a regagné ses terres natales, à Rasht, sur les rives de la mer Caspienne. D’autres qu’il a rejoint l’Italie. C’est à Rome, en 2010, que Mitra Farahani…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.