Trêve annuelle ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Cette année, du fait des intempéries, la trêve hivernale a été prolongée jusqu’au 31 mars. C’est toujours ça de pris. Mais le 18 mars, le 115 alertait : « Les résultats du 4e baromètre 115 hivernal de la Fédération d’associations de solidarité pour la période 2012-2013 montrent à nouveau que plus de la moitié des demandes d’hébergement ne sont pas suivies de réponses positives. » Pas moins de 13 000 demandes supplémentaires entre février 2012 et février 2013. Les demandes des familles (42 % des demandeurs) ont crû de 72 % et celles des moins de 18 ans de 78 %. Le 1er avril, les expulsions locatives vont reprendre. « La fermeture des places d’hébergement hivernal se traduira par une remise à la rue des personnes sans-abri », redoute la Fnars. Or, dans la rue, les gens meurent toute l’année.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.