Trêve annuelle ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Cette année, du fait des intempéries, la trêve hivernale a été prolongée jusqu’au 31 mars. C’est toujours ça de pris. Mais le 18 mars, le 115 alertait : « Les résultats du 4e baromètre 115 hivernal de la Fédération d’associations de solidarité pour la période 2012-2013 montrent à nouveau que plus de la moitié des demandes d’hébergement ne sont pas suivies de réponses positives. » Pas moins de 13 000 demandes supplémentaires entre février 2012 et février 2013. Les demandes des familles (42 % des demandeurs) ont crû de 72 % et celles des moins de 18 ans de 78 %. Le 1er avril, les expulsions locatives vont reprendre. « La fermeture des places d’hébergement hivernal se traduira par une remise à la rue des personnes sans-abri », redoute la Fnars. Or, dans la rue, les gens meurent toute l’année.


Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.