Turquie : Une contestation globale du pouvoir

Face à la fronde, le Premier ministre réplique par la force.

«C e qui se passe n’a plus rien à voir avec l’arrachage de douze arbres », déclarait dimanche Recep Ayyip Erdogan. En cela, au moins, il semblerait que le très contesté Premier ministre turc n’ait pas tort. En Turquie, ce qui a commencé avec l’occupation par une centaine de militants d’un parc menacé par un projet de réaménagement urbain à Istanbul s’est en quelques jours transformé en une contestation nationale de la politique du Premier ministre et du parti islamo-conservateur, l’AKP. Depuis la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.