Travail : Migaud, le néolibéral

La Cour des comptes, présidée par Didier Migaud, vient de récidiver.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Après un document, au printemps dernier, qui « épinglait » le temps de travail et son organisation chez les personnels de l’Éducation nationale, prônant rémunérations au mérite, flexibilité et augmentation des volumes d’enseignement, la Cour des comptes, présidée par Didier Migaud, vient de récidiver dans le même sens, cette fois pour les salariés d’EDF et RTE. D’après son rapport publié lundi 16 septembre, ceux-ci ne travailleraient pas assez et leurs régimes d’heures supplémentaires seraient « exorbitants ». Il est donc demandé à la direction et aux organisations syndicales d’engager sur ces points une « réflexion » dans la « perspective d’une meilleure disponibilité et de gains de productivité ». Les salariés vont sûrement apprécier.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.