Nobel de la paix : Un choix controversé

L’attribution à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques n’a pas fait que des heureux.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’attribution du prix Nobel de la paix à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) n’a pas fait que des heureux. Les rebelles syriens y ont vu une récompense accordée à Bachar al-Assad qui accepte, sous le contrôle de l’OIAC, de détruire son arsenal chimique, alors qu’il continue de tuer massivement avec des armes conventionnelles. Plusieurs voix se sont élevées aussi en République démocratique du Congo pour regretter que les Nobel n’aient pas choisi le docteur Denis Mukwege, qui lutte depuis quinze ans pour aider les femmes violées. Le gynécologue congolais, surnommé « l’homme qui répare les femmes », a soigné 40 000 victimes de violences sexuelles dans l’est du Congo.


Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.