Possible sortie de crise

Les islamistes majoritaires au pouvoir ont accepté un plan de « dialogue national » proposé par l’UGTT.

Il semblait se confirmer, le 1er octobre, que le principal parti au pouvoir, Ennahdha, a bien accepté le plan parrainé par la puissante Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), mais aussi par l’organisation patronale Utica, l’Ordre des avocats et la Ligue des droits de l’homme. Le parti islamiste a affiché dans un communiqué « sa volonté d’entamer immédiatement le dialogue » avec l’opposition sur la base de cette initiative. Le plan demande à la coalition au pouvoir et aux partis de l’opposition…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.