Lettres d’amitié

La correspondance d’Albert Camus avec Louis Guilloux.

C’est leur échange épistolaire qui a fait naître et nourri leur amitié. Une correspondance d’abord respectueuse, discrète et distancée, marquée par le vouvoiement. Louis Guilloux, auteur du Sang noir, vit à Saint-Brieuc ; Albert Camus, qui connaît le succès avec l’Étranger et bientôt la Peste, est à Paris, chargé d’une collection chez Gallimard et directeur de Combat, qu’il a rejoint dans la clandestinité en 1942. Les deux hommes se connaissent peu, ils commencent à s’écrire en 1945 car Camus veut Guilloux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.