Dossier : L'OPA du PS sur la banlieue rouge

Étapes d’une conquête

De 1981 à aujourd’hui, comment le PCF a perdu sa position dominante en Seine-Saint-Denis, au fil des élections.

Aubervilliers, 8 mai 1988. Jacques Salvator, juché sur une table du bureau centralisateur, réclame, au nom des socialistes, la direction de la mairie, dont les élections sont annoncées pour l’année suivante. Dans cette ville de Seine-Saint-Denis dirigée par Jack Ralite, un des quatre ministres communistes du gouvernement Mauroy (1981-1984), François Mitterrand vient d’être réélu haut la main. Au premier tour, il a devancé de 13 points le candidat du PCF, André Lajoinie, quand, en 1981, Georges Marchais…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.