Industrie : Barbie surexploitée

China Labor Watch, a enquêté sur les conditions de travail dans les usines de la marque américaine Mattel.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Alliée à la CGT et à Peuples solidaires, une ONG, China Labor Watch, a enquêté sur les conditions de travail dans les usines de la marque américaine Mattel, qui commercialise la célèbre poupée Barbie. Grâce à un militant, M. Zhang, qui s’est fait embaucher comme ouvrier, elle a pu rendre publique l’exploitation des salariés du secteur du jouet en Chine, d’où proviennent 95 % des objets vendus en Europe et en Amérique du Nord. Les conditions de travail et de rémunération ne respectent même pas le pauvre droit du travail chinois, avec parfois plus de 100 heures supplémentaires hebdomadaires, des salaires de misère et des dortoirs surpeuplés où s’entassent les ouvriers, souvent originaires des campagnes. Offrir une Barbie à Noël ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.