Quand les villes veulent des champs

De plus en plus de municipalités tentent de maintenir les paysans proches des agglomérations, pour améliorer l’alimentation, favoriser l’emploi local et limiter le bétonnage. Un enjeu électoral.

Loos-en-Gohelle, ancienne cité minière du Pas-de-Calais, 7 000 habitants, ses terrils en surplomb et… son agriculture, 800 hectares dédiés à la production intensive de céréales et de betteraves pour l’industrie agroalimentaire. Il y a trois ans, saisissant l’occasion de la cessation d’activité d’un exploitant, la commune signe un protocole pour gérer ses 15 hectares. L’appel à projets stipule que les agriculteurs installés devront convertir les terres en bio. La tension monte : des agriculteurs loosois…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.