Proche-Orient : Le symbole du pape

À Bethléem, il s’est arrêté devant le mur de séparation érigé par Israël.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Au cours d’un voyage au Proche-Orient, du 24 au 26 mai, extrêmement balisé, le pape François a dérogé une fois au protocole et au programme. À Bethléem, il s’est arrêté devant le mur de séparation érigé par Israël. Un mur qui symbolise la colonisation des territoires palestiniens et dont la construction a provoqué la destruction de nombreuses maisons, et dévasté les cultures des paysans. Le pape s’est recueilli face à l’imposante paroi. Un geste qui n’a pas dû plaire aux dirigeants israéliens. À cet endroit, le sinistre édifice est au plus haut, atteignant huit mètres et fracturant la ville de Béthléem.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.