L’été sanglant du Proche-Orient

Le massacre de Gaza s’appuie sur une propagande israélienne qui vise à transformer un conflit colonial en choc des civilisations.

Deux mille morts. Pour la plupart, des civils, des femmes et des enfants. C’est le bilan, hélas encore provisoire, de cet été 2014 à Gaza. Pendant ce temps, plus au nord, en Irak, l’État islamique (EI) commettait un autre massacre, contre les chiites et les chrétiens, assassinés ou contraints à l’exode dans des conditions effroyables. On ne se livrera pas ici à une arithmétique sordide. Les deux conflits n’ont guère de rapport, sinon de semer le malheur au sein de populations déjà déshéritées. Il y a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.