Syrie : Ankara bouge enfin

Ankara a annoncé qu’elle autorisait désormais les peshmergas kurdes d’Irak à franchir la frontière pour aller combattre à Kobané.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Après un nouvel assaut sur la ville syrienne de Kobané, le Premier ministre irakien est arrivé dans la nuit du 20 octobre à Téhéran pour une réunion de crise. La veille, les combattants kurdes ont bénéficié pour la première fois d’un largage d’armes et de matériel médical américains. Autre bonne nouvelle pour les Kurdes, qui avaient multiplié les appels à renforcer les moyens de leurs combattants, Ankara a annoncé qu’elle autorisait désormais les peshmergas kurdes d’Irak à franchir la frontière pour aller combattre à Kobané. Malgré les pressions des alliés, le gouvernement islamo-conservateur d’Ankara refuse toujours toute intervention militaire pour venir en aide aux Kurdes syriens.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.