À l’image de la droite

L’UMP risque de se donner pour chef un homme qui incarne toutes ses contradictions. En prétendant rassembler, il divise.

Sauf surprise, Nicolas Sarkozy devrait récupérer la présidence de l’UMP samedi soir. Depuis sa déclaration de candidature, l’ancien chef de l’État fait figure d’archi-favori face aux deux autres candidats. Le député-maire de Crest (Drôme), Hervé Mariton, 56 ans, ultralibéral et farouchement conservateur – il fut l’un des parlementaires les plus en pointe contre le mariage pour tous –, fait de la figuration. La candidature de Bruno Le Maire, 45 ans, député de l’Eure, ancien coordinateur du projet de l’UMP…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.