Burkina Faso : Une transition démocratique

Après la révolution qui a chassé Blaise Compaoré, les militaires ont accepté de céder le pouvoir aux civils.

Les exemples ne sont pas si fréquents sur le continent africain. Mais il semble bien que le Burkina Faso ait choisi la voie d’une vraie transition démocratique après le soulèvement qui a chassé du pouvoir l’homme qui le détenait depuis vingt-sept ans, Blaise Compaoré. Après trois semaines de transition militaire, le lieutenant-colonel Zida a finalement accepté de céder le pouvoir à un civil. Pour un temps au moins, le risque de coup d’État militaire semble écarté. Il n’a fallu qu’une nuit de tractations à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.