Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Attentats : les conspirationnistes sont déjà à l'œuvre

Les récents attentats à Paris ont recommencé à alimenter la machine complotiste. Passage en revue des théories fumeuses qui fleurissent, notamment sur le Web.

Heureux les conspirationnistes ! Dans leur monde, pas de place pour la barbarie, les odieux hasards ou l’erreur humaine… Tout est contrôle, manigances et intentionnalité. Comme les attentats du 11-Septembre ou la tuerie perpétrée par Mohamed Merah en 2012, les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hyper Casher de la porte de Vincennes ont réveillé le marigot complotiste. Lequel, depuis dix jours, analyse la couleur des rétroviseurs chromés de la Citroën C3 des frères Kouachi, pérore sur la carte d’identité laissée dans la voiture les terroristes, glose sur l’arrivée (trop ?) précoce de François Hollande sur les lieux du drame, ou s’interroge sur la fuite « un peu facile » des djihadistes en Picardie… Avec, à chaque fois, les élucubrations les plus farfelues : les ravisseurs auraient par exemple repeint leurs rétroviseurs entre le boulevard Richard Lenoir et la rue de Meaux !
Vendredi, même Jean-Marie Le Pen s'y est mis, déclarant que « la fusillade chez Charlie Hebdo porte la signature d'une opération de services secrets, mais nous n'en avons pas la preuve » . « Pour l’instant, on ne trouve pas encore de textes très construits , observe l’historien Emmanuel Kreis, spécialiste du conspirationnisme. Les complotistes pointent surtout les prétendues “incohérences” de l’affaire, mais trouvent pour l’instant moins de choses à se mettre sous la dent que lors de l’affaire Merah, où il y avait des éléments objectivement troubles » .

Un petit tour sur la Toile et les réseaux sociaux (mais pas uniquement : lire ici) suffit néanmoins à alimenter les fantasmes. Sur Facebook, le groupe « Israël, Etat criminel » a par exemple diffusée une vidéo « likée » 16 000 fois et vue près de 900 000 fois. On y entend une voix robotique dénoncer « un complot de l’Etat français » , et poser (mais sans jamais y répondre) ces questions censées interpeller le chaland : pourquoi attaquer dix ans après l’affaire des caricatures ? Comment les « soi-disant terroristes » (sic) savaient-ils que la conférence de rédaction avait lieu le mercredi matin ? Pourquoi, ensuite, les médias, ont été au courant si rapidement ? Pourquoi aucune trace de sang n’apparaît après le meurtre du policier tué à terre ? « Etrangement, ça rappelle l’histoire du passeport de l’un des terroristes retrouvé dans les rues de Manhattan lors des attentats du 11-Septembre » , conclut la voix, sans aller au-delà de l’insinuation.


### Washington, le « grand Israël », les franc-maçons

Les complotistes « professionnels » avaient, eux, déjà toutes les réponses, à peine les attentats perpétrés. Thierry Meyssan, l’un des principaux diffuseurs des théories complotistes sur le 11-Septembre, auteur de L’Effroyable imposture , livrait son « analyse » quelques heures seulement après la tuerie à Charlie Hebdo . « L’interprétation jihadiste est impossible , écrit-il, mercredi 7 janvier:
Des membres ou des sympathisants des Frères musulmans, d’al-Qaïda ou de Daesh ne se seraient pas contentés de tuer des dessinateurs athées, ils auraient d’abord détruit les archives du journal sous leurs yeux. »
Celui qui a vu en Mehdi Nemmouche « un agent chargé d’exécuter à Bruxelles deux agents du Mossad » conclut :
« Plutôt que de considérer cet attentat extrêmement meurtrier comme une vengeance islamiste contre le journal qui publia les caricatures de Mahomet et multiplia les “unes” anti-musulmanes, il serait plus logique d’envisager qu’il soit le premier épisode d’un processus visant à créer une situation de guerre civile. »
Derrière les attentats de Charlie, se cacheraient donc les néoconservateurs de Washington.

Illustration - Attentats : les conspirationnistes sont déjà à l'œuvre - Thierry Meyssan en visite avec Dieudonné, dans les faubourgs sud de Beyrouth, le 29 août 2006 (AFP PHOTO/HAITHAM MUSSAWI)

_ Quelques jours plus tard, le 12 janvier, toujours sur le site du Réseau Voltaire, le même Meyssan récidive, avec une version quelque peu différente de la première : le gouvernement aurait conduit « une vaste manipulation pour se mettre en scène en tête d’une grande manifestation populaire et cherche aujourd’hui comment justifier une nouvelle opération militaire en Libye » . Une nouvelle intervention qui aurait pour but de parachever « le projet états-unien de remodelage du “Moyen-Orient élargi”, […] débuté par Daesh en Irak et en Syrie » .

Mal en point depuis les récentes prises de becs entre Dieudonné et Alain Soral, le site antisémite Egalité & Réconciliation a pour l’instant commenté a minima l’affaire Charlie et ses suites Porte de Vincennes, se contentant de ressortir une vidéo où l’on voit l’essayiste d’extrême-droite estimer que « le grand Israël » aurait intérêt au « chaos généralisé » .

Lire > Alain Soral, l’imposteur

Ancien proche d’Alain Soral, Salim Laïbi, un dentiste animant lelibrepenseur.org, un autre blog conspirationniste, est beaucoup plus précis. Il estime que le FBI aurait poussé les islamistes à commettre les attentats : « Cela fait des décennies que les services secrets occidentaux réalisent ce genre d’opérations criminelles. Des livres entiers en parlent ; malheureusement peu les lisent et pourtant tout le monde donne son avis d’ignorant… » , écrit le bloggeur - que l'on pensait pourtant davantage spécialiste de la molaire que des relations internationales -, évoquant un « complot politique maçonnique » .

Un proche de Beppe Grillo

_ A l’étranger aussi, les spéculations sont allées bon train sur les attentats en France. Particulièrement en Italie, où, depuis la tragédie de l’Ustica ou l’affaire de la loge P2, le complotisme a le vent en poupe.
Dimanche dernier, le journaliste Giuletto Chiesa a exposé son laïus à la télé italienne - les images ont ensuite circulé sur le Net. « Vous partez du principe que les événements de Paris se sont déroulés comme on nous l’a dit. Ce n’est pas le cas. […] Nous n’avons aucun récit crédible et fiable » , affirme-t-il sous les applaudissements du public présent au talk-show. Puis Giuletto Chiesa, qui n’en est pas à son premier ballon d’essai complotiste, se lance dans une explication où il affirme que la CIA est derrière les attentats :
« Comment peut-on construire une armée de plus de 50 000 hommes en moins d’un an, celle du fameux Etat Islamique ? Comment faire cela sans avoir à disposition des milliards de dollars ? Et qui a fourni cet argent ? L’Arabie Saoudite. […] Les services secrets de l’Arabie Saoudite, ceux de la Turquie, ceux du Qatar, sont des filiales de la CIA. […] Comment la France peut-elle se défendre si ses services secrets dépendent de ceux des Etats-Unis ? Voilà ce qui s’est produit en France » .
On aurait aimé connaître ses sources…

_ Même l’homme politique populiste Beppe Grillo a relayé sur son blog un texte d’un certain Aldo Giannuli, présenté comme un « expert des services secrets italiens » , qui s’interroge :
« Comme dans la toutes les “grandes affaires” (Kennedy, l’attentat de piazza Fontana, Olof Palme, le 11-Septembre, la mort d’Oussama Ben Laden, etc.), quelque chose ne tourne pas rond aussi dans celle de Paris et de nombreuses interrogations se posent. »
Parmi lesquelles : comment est-il possible qu’un objectif aussi sensible que la rédaction de Charlie Hebdo ait été si peu protégé ? Où les auteurs de l’attentat se sont-ils procurés ces armes ? L’oubli de la carte d’identité était-il destiné à détourner l’enquête ? Comment expliquer que le trafic à Paris ait été tout à coup si fluide ? « Si la thèse islamique apparaît de loin comme la plus probable […], reconnaît Giannuli, on peut aussi soulever l’hypothèse que cette affaire serait aussi dans d’autres mains » . Ou quand poser la question revient aussi à y répondre sans en avoir l’air…


Photo: RAFE SWAN / CULTURA CREATIVE

Haut de page

Voir aussi

Articles récents