Ségolène Royal : La ministre qui ne voulait pas « punir »

Après avoir suscité l’espoir des milieux écologistes, Ségolène Royal s’est aliéné une grande partie du monde associatif, qui estime qu’elle ménage beaucoup trop les opposants aux mesures environnementales.

« Trophée de plomb : Royal hors-concours », balance l’Association pour la protection des animaux sauvages. L’Aspas décerne chaque année ce bonnet d’âne en contrepoint à son trophée « plume », attribué à une personnalité méritante dans son action pour la nature. L’association classe l’actuelle ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie comme le plus « désastreux » des titulaires de ce poste, créé en 1971. « Anti-loup, anti-ours, anti-tout, Royal se montre pire que Bachelot ! », titre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.