Ukraine : « America fuck you ! »

Dans un livre qui paraît ce jeudi, le journaliste Alain Guillemoles brosse le portrait de ces Ukrainiens de l’Est favorables à la rébellion. Extrait.

En mai 2014, la rébellion contrôle une vingtaine de villes : un vaste triangle de deux cents kilomètres de côté. Elle y installe un pouvoir fait d’arbitraire. Les chefs de guerre locaux peuvent « réquisitionner » des voitures ou des bâtiments lorsqu’ils en ont besoin. Ils font la police, procèdent à des arrestations, rendent la justice. À Sloviansk, un homme est ainsi condamné à mort pour le vol d’un pantalon. Les dirigeants séparatistes sont obsédés par la recherche des « nationalistes ukrainiens » et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.