Il n’y a pas que Daech et Assad

Le régime est au moins autant menacé par l’avancée de la coalition des rebelles à l’ouest du pays que par les percées du groupe jihadiste dans les zones déseriques.

La conquête de Palmyre par Daech a eu pour effet de centrer l’attention internationale sur la menace que font à présent peser les jihadistes sur Damas. La facilité avec laquelle les troupes d’Al-Baghdadi ont pu traverser le désert syrien sur plus de 200 kilomètres sans être attaquées par l’aviation de Bachar Al-Assad a peut-être aussi permis de prendre conscience du double jeu du régime. Depuis deux ans, comme le répète inlassablement Jean-Pierre Filiu (voir Politis n° 1354), l’armée loyaliste épargne…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.