Les paradoxes de Denis Charbit

Le sociologue tente de réfuter les « idées reçues » sur Israël. Son mérite est surtout de donner des arguments à ceux qui ne pensent pas comme lui.

Il arrive à Israël, plus souvent qu’à son tour, de détruire par les bombes ou par le bulldozer. Après quoi, il lui faut reconstruire. Non pas les maisons palestiniennes – ce n’est pas son problème – mais son image. Le sociologue franco-israélien Denis Charbit est l’un de ces architectes méritants qui s’appliquent inlassablement à refaire la façade. Dans son dernier ouvrage, les Paradoxes d’Israël, il entreprend de réfuter un certain nombre d’idées reçues telles qu’ « Israël n’est pas une démocratie » ou «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.