En Israël, un accord en trompe-l’œil

Dans l’affaire de l’esplanade des Mosquées, Benyamin Netanyahou se donne le beau rôle.

En quelques mois, on aura eu comme un condensé de la stratégie israélienne. Le premier acte a eu lieu fin juillet lorsque des juifs orthodoxes sont venus prier sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, rompant le statu quo établi par Moshe Dayan en 1967 qui réservait aux seuls musulmans le droit d’y prier. Cette remise en cause a été à l’origine de la révolte de jeunes Palestiniens qui ont vu là un pas supplémentaire de la colonisation, s’attaquant cette fois à un lieu symbolique. On connaît la suite.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.