Pommerat versus Grenoble

Le dramaturge Joël Pommerat exprime sa déception vis-à-vis de la politique culturelle menée par la ville de Grenoble.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans une tribune publiée par Libération le 2 juin, le dramaturge Joël Pommerat exprime vivement sa déception vis-à-vis de la politique culturelle menée par la ville de Grenoble, sur laquelle il avait fondé des espoirs. Mais, écrit-il, « le maire, Éric Piolle, et son adjointe à la culture, Corinne Bernard […] m’ont fait désespérer un peu plus encore de la situation politique de notre pays par leurs actions, et leurs propos, à peu près équivalents dans la teneur et dans le fond à ce qui se passe partout ailleurs en France ». Et d’énumérer les décisions de coupes budgétaires ou de reprise en main, et les déclarations malheureuses. Cette politique culturelle est « un tout finalement compliqué, contradictoire et paradoxal, mâtiné de suffisance et d’arrogance, de naïveté, à la Bouvard et Pécuchet ». On attend maintenant la réponse des intéressés.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.