Mélenchon garde son optimisme

En visite à Toulouse, où le PG tenait son « Remue-méninges », le candidat de la « France insoumise » a affiché sa décontraction et veut croire que le social peut revenir dans la campagne.

En nous recevant dans une salle vide de l’université Jean-Jaurès, à Toulouse, là où le Parti de gauche (PG) tenait son « Remue-méninges », Jean-Luc Mélenchon affiche d’emblée sa décontraction. « Je n’ai pas la pression que j’avais les autres années, quand je devais m’inquiéter du bon déroulement de ce rendez-vous », explique-t-il. Retiré de la direction du parti, dont il est « un des fondateurs » et avec lequel il garde « un lien affectif très fort », il se dit satisfait de voir Éric Coquerel, Danièle…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.