La Maison du peuple de Saint-Brieuc

Inauguré en 1932, ce lieu portant une mémoire ouvrière essentielle est en danger.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La Maison du peuple de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), inaugurée en 1932, est en danger. Fermé au public depuis 2005, ce lieu porte pourtant une mémoire ouvrière essentielle, emblématique d’une volonté de s’émanciper autant que de conquérir de nouveaux droits. Dans son roman au titre éponyme, La Maison du peuple, Louis Guilloux a raconté le combat politique que son édification a nécessité. Il y a cinq ans, la municipalité a émis l’intention de la restaurer, sans donner suite. Les écrivains Hervé Hamon et Christian Prigent, tous deux briochins, viennent de lancer un appel auprès des différentes collectivités locales : « Pour que vive la Maison du peuple ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.