Sarkozy vire climato-sceptique

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Selon Marianne, qui a relaté son discret exposé devant un petit cercle de patrons, Nicolas Sarkozy a révélé sa véritable pensée écologique en leur expliquant que « cela fait quatre milliards d’années que le climat change » :

Le Sahara est devenu un désert et ce n’est pas à cause de l’industrie. Il faut être arrogant comme l’homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat.

Une déclaration que l'intéressé n'a qu'à moitié nuancé, hier soir sur France 2, estimant que ses propos avaient été caricaturés :

Le premier défi n'est pas le réchauffement climatique. Il est d'ordre démographique, a-t-il déclaré_. Il faut lutter contre le changement climatique, mais la première cause, c'est le nombre d'habitants sur la planète._

Un jour prochain l’ex-président nous expliquera comme ces Américains et de nombreux Russes orthodoxes qu’il ne croit pas aux changements et au réchauffement climatique parce qu’il n’a rien lu qui le prouve dans la Bible et la Genèse. Il ajoutera sans doute bientôt, comme la droite américaine et Donald Trump que les scientifiques exercent une véritable dictature sur le monde ou que le dérèglement climatique a été inventé par les Chinois pour mettre les industries occidentales en danger.

Cette sortie n’est pas surprenante de la part d’un homme qui a déjà absous l’agriculture intensive de ses pollutions, qui milite pour l’exploitation des gaz de schiste et qui a annoncé à plusieurs reprises qu’il souhaitait que la Constitution ne fasse plus la moindre allusion au « principe de précaution » que Jacques Chirac y a fait inclure par un vote des parlementaires réunis en congrès à Versailles.

Pour Nicolas Sarkozy, comme d’ailleurs pour François Hollande, la préoccupation écologique et environnementale n’a été qu’un argument électoral dont il faut se débarrasser aussi rapidement que possible pour ne fâcher ni les agriculteurs de la FNSEA, ni les automobilistes, ni les pollueurs.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.