La tragédie d’Alep

Les rebelles d’Alep-Est subissent depuis plusieurs jours l’assaut terrestre des troupes de Bachar Al-Assad.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Pilonnés depuis plusieurs mois par l’aviation russe et les hélicoptères du régime, les rebelles d’Alep-Est subissent depuis plusieurs jours l’assaut terrestre des troupes de Bachar Al-Assad. « L’aviation détruit tout méthodiquement, zone par zone », s’est indigné dimanche Yasser Al-Youssef, un responsable du groupe rebelle Noureddine al-Zinki. L’offensive aurait fait 225 morts, dont 27 enfants, depuis le 15 novembre. Plusieurs témoignages font état d’usage de chlore. Près de 10 000 habitants, sur 250 000, ont tenté de fuir au cours du dernier week-end vers la petite enclave de Cheikh Maqsoud, contrôlée par les forces kurdes. La défaite désormais inexorable des rebelles d’Alep serait un tournant dans le conflit. Ils s’étaient emparés de la deuxième ville du pays en 2012 et, en octobre 2015, ils avaient repoussé une offensive de Daech, qui avait échoué à entrer dans la ville.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.