« Crépuscules », de Joël Casséus : Dans le ventre de l’enfer

Avec Crépuscules, le Canadien Joël Casséus emprunte à la fable pour dire l’exclusion.

Dans son ventre, ça bouge. Pourtant, lorsqu’elle arrive avec son mari dans l’étrange territoire imaginé par Joël Casséus dans Crépuscules, personne ne lui manifeste les égards dus aux femmes enceintes. Au contraire, on lui jette des regards méfiants. Haineux, peut-être. Mais, « dans son ventre, ça bouge » – la phrase revient régulièrement en un mantra ambigu, dans lequel une inquiétude sourde se mêle à l’espoir –, alors elle tient. Elle s’installe avec son homme dans un des vieux wagons transformés en…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La « théorie décoloniale » ou l’invention d’un ennemi commun

Tribunes accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.