Oleg Sentsov arrête sa grève de la faim

Le cinéaste ukrainien craignait d'être « gavé de force sur ordre de Vladimir Poutine ».

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Vendredi 5 octobre, Oleg Sentsov a cessé sa grève de la faim. Le cinéaste ukrainien, qui se bat pour la libération de 70 de ses compatriotes, prisonniers politiques comme lui, a accompagné sa décision d’une lettre où il écrit : « 145 jours de combat, vingt kilos en moins, plus un corps déchiré, mais mon but n’a jamais été atteint. Je suis reconnaissant à tous ceux qui m’ont soutenu, et je m’excuse auprès de ceux pour lesquels j’ai échoué… » S’il avait continué à ne pas s’alimenter, Oleg Sentsov aurait été « gavé de force sur ordre de Vladimir Poutine », précise le communiqué publié par le collectif de soutien au cinéaste, qui a annoncé poursuivre ses actions et ses démarches. Si Oleg Sentsov est hors de danger concernant sa vie, sa détention se poursuit : depuis 2015, il purge une peine de 20 ans de prison dans le nord de la Sibérie.


Haut de page

Voir aussi

La « théorie décoloniale » ou l’invention d’un ennemi commun

Tribunes accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.