À Alfortville, les travailleurs sans-papiers de Chronopost se battent pour leurs droits

Diaporama. Découvrez en images la lutte des intérimaires sans-papiers de Chronopost d'Alfortville, en banlieue parisienne, qui campent devant leur lieu de travail pour obtenir leur régularisation et leur titularisation.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis le 11 juin, une quarantaine de sans-papiers intérimaires employés par l'agence Chronopost d'Alfortville (Val-de-Marne) se mobilisent par la grève pour obtenir leur régularisation et leur titularisation. Jusqu'au 25 juin, ils ont occupé leur lieu de travail, avant de devoir l'évacuer suite à une décision du tribunal de Créteil. Depuis, la lutte se poursuit à l'extérieur du site, agrémentée d'actions de popularisation comme, mardi 9 juillet, devant le siège de Chronopost. Le photographe Serge D'Ignazio s'est rendu sur le campement pour saisir le combat de ces travailleurs, leur détermination, leurs engagements. Nous publions ici une sélection de ses photos. Vous pouvez en voir davantage et découvrir d'autres sujets sur son compte Flickr.


Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.