Légende du cinéma américain : Mythes et trous

Filmer la légende analyse les rapports entre récit historique et cinéma américain. Un sujet passionnant mais des oublis nombreux.

I ci, c’est l’Ouest, Monsieur. Quand la légende devient réalité, on imprime la légende. » La phrase est archiconnue. En 1962, elle fut d’abord une réplique mordante de L’homme qui tua Liberty Valance de John Ford. Aujourd’hui, la formule, reprise un peu partout, a valeur de commentaire non seulement sur la presse mais aussi sur la construction de la nation américaine. Aux États-Unis, on aurait choisi de retenir le mythe, décidé de forger une légende que l’on raconterait et que l’on écrirait, que l’on…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.