Pietraszewski, la voix de son maître

Nommé en catastrophe le 17 décembre après le départ précipité de Jean-Paul Delevoye, l’ancien DRH d’Auchan parle beaucoup mais ne maîtrise guère son dossier. Exemple type du soldat de la macronie.

Lorsque Laurent Pietraszewski s’installe, mercredi 4 mars, devant un parterre de journalistes invités par l’Association des journalistes de l’information sociale, il joue la carte de l’humour et de la proximité. « Pas de tables entre nous », lance le secrétaire d’État chargé de la réforme des retraites, poussant énergiquement le meuble comme une promesse virile et glissant sa chaise face à l’assemblée. On a l’impression qu’on va enfin se parler franchement. L’heure est grave : Édouard Philippe vient de…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.