Voyage autour de nos chambres #6

Malgré les circonstances, une compilation de morceaux de raï enregistrés dans les années 1980 et 1990 et d'autres merveilles musicales sortent, en version numérique.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Affectant en profondeur l’ensemble du milieu culturel, la crise globale provoquée par le coronavirus n’épargne pas la musique, en particulier dans le domaine du live. Depuis début mars, les mesures de distanciation sociale entraînent une véritable avalanche d’annulations ou de reports – qu’il s’agisse de festivals (par exemple le Printemps de Bourges), de concerts, de showcases ou d’événements spéciaux comme le Disquaire Day (prévu le 18 avril et décalé au 20 juin).

Contrairement au spectacle vivant, la musique – dont on sait qu’elle s’écoute désormais majoritairement via internet – peut néanmoins continuer de se diffuser et si certaines sorties d’albums sont reportées, d’autres sont maintenues, au moins dans leur version digitale.

Dédiée en priorité aux artistes et aux labels indépendants, la plateforme Bandcamp, déjà précieuse en temps normal, se révèle franchement indispensable en cette période de confinement maximal. Fonctionnant sans abonnement sur le principe de l’achat facultatif à prix flexible, elle permet de plonger dans un océan musical d’une richesse inépuisable.

Bongo Joe Records, épatant label genevois aussi prospectif qu’éclectique, apparaît comme l’un des îlots les plus vaillants accessibles via Bandcamp. Concoctée avec le label/disquaire lyonnais Sofa Records, leur toute nouvelle parution, la compilation Maghreb K7 Club – Synth Rai, Chaoui & Staifi 1985-1997, réunit onze morceaux enregistrés à Lyon dans les années 1980/1990 par des musiciens d’origine maghrébine et parus à l’origine sur cassette (support physique privilégié du raï). Terriblement entraînante, une impeccable sélection d’où émerge en particulier l’irrésistible Goultili Bye Bye de Nordine Staifi.

© Politis

En naviguant sur Bandcamp, parmi les parutions récentes, l’on peut aussi dénicher la remarquable compilation publiée par Lumière Noire (le label de Chloé, figure éminente de l’électro française), le splendide album d’Irreversible Tanglements sur International Anthem (label américain à la pointe du jazz contemporain), l’excellent album du groupe de rock genevois The Animen ou encore – last but not least – le nouveau EP de l’Italien Andrea Laszlo de Simone : un étincelant bijou de pop orchestrale mélancolique. Sans doute l’une des plus belles sources de consolation musicale en ce funeste mois de mars 2020…

Lire aussi > Voyage autour de nos chambres #5

Pour lire tous les articles de la série > RDV dans la rubrique Culture


Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.