Inde : Le virus de la faim

Alors que la pandémie redouble, le gouvernement déconfine depuis le 1er juin, pressé de relancer l’économie. Mais la malnutrition explose, révélant une insécurité alimentaire structurelle.

U n creux historique» : c’est ainsi que les prévisions du Fonds monétaire international (FMI) qualifient la contraction de l’économie indienne, qui devrait connaître une « “nette récession” de 4,5 % en 2020 ». La crise économique liée au confinement a propulsé au moins 40 millions de travailleurs au salaire journalier, sans épargne ni garantie sociale, sous le seuil de pauvreté. Les critiques concernant l’accessibilité des rations de nourriture, conditionnées à une vérification d’identité et de domiciliation, fusent. « La disponibilité alimentaire a été réduite de 70 % pour l’ensemble de ces populations», résume Jean-Joseph -Boillot, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), dans un entretien publié sur le site de l’institut. En réaction, le -gouvernement indien multiplie les annonces : transferts de cash (tous ces précaires n’ont pas de compte bancaire) et prolongation jusqu’en novembre d’un plan d’aide alimentaire qui «fournit 5 kg de “ration” [céréales] et 1 kg de “dal” [lentilles] à 800 millions de personnes par mois », se félicitait le Premier ministre, Narendra Modi, dans son discours à la nation, mardi 30 juin.

Paradoxe, les greniers de l’Inde sont pleins à craquer : ils contiennent près de quatre fois plus de céréales que nécessaire (21 millions de tonnes). Ce qui conduit le professeur Himanshu, enseignant en économie à l’université Jawaharlal Nehru et au Centre des sciences humaines (CSH) de Delhi, à relativiser : «Ces dépenses restent mineures si l’on considère que le -gouvernement est assis sur un énorme stock de grains ! » Difficile de saisir l’ampleur des impacts de la crise sanitaire. L’étude, non exhaustive, de l’université privée Azim Premji, publiée début juin, est cependant alarmante : « 77 % des foyers [sur 5 000 interrogés] _consomment moins de nourriture, 77 % des foyers dits vulnérables ont pu avoir accès à des rations et 49 % ont reçu des transferts d’argent. »

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents