Relocalisation contre Ceta et Mercosur

Défendre le retour en France et en Europe de la production, comme l’a fait Emmanuel Macron devant la Convention pour le climat, ne rime à rien tant que les traités de libre-échange continuent d’être ratifiés.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Avec la pandémie de Covid-19, l’opinion publique a basculé : près de 90 % des personnes interrogées appellent désormais les pouvoirs publics à relocaliser le maximum de filières de production disséminées partout sur la planète. Au point que ceux qui n’avaient jamais cessé d’encourager la mondialisation néolibérale et productiviste se présentent désormais comme les champions de la relocalisation.

On ne compte ainsi plus le nombre de fois où Emmanuel Macron a affirmé que sa priorité était de « produire davantage en France et en Europe », pour « retrouver notre indépendance » et « rebâtir notre souveraineté », comme si toutes ces notions étaient synonymes. Plus récemment, il a même fait du paracétamol, médicament le plus prescrit en France mais qui n’y est plus fabriqué, l’emblème de sa politique, chargeant les laboratoires privés d’en produire sur le territoire d’ici à trois ans.

Qui pourrait en effet s’opposer à ce que l’on produise du paracétamol en France, alors que près de 80 % des principes actifs des médicaments que nous consommons sont fournis par la Chine et l’Inde ? Le paracétamol incarne à lui seul un produit d’intérêt général, d’utilisation courante, et il fait partie de ces médicaments dont personne ne comprend pourquoi ils ne sont plus fabriqués dans le pays. Faire du paracétamol le totem de la « souveraineté » est habile. Mais est-ce à la hauteur des défis mis en exergue par la pandémie de Covid-19 ?

Se focaliser sur le lieu de production revient à ne pas interroger le contenu de ce qu’il faut produire, selon quels procédés, avec quels emplois et impacts écologiques, mais aussi à ne pas se demander qui doit contrôler, et à quelles fins, ces productions : peut-on parler de « souveraineté économique » lorsqu’on fait des laboratoires pharmaceutiques privés les garants de notre approvisionnement en paracétamol et vaccins, alors qu’ils s’approprient les résultats de recherches financées par l’argent public, rémunèrent grassement leurs actionnaires et détruisent des emplois et la planète ? Non.

La pandémie a montré que le découpage de la production mondiale en chaînes de sous-traitance labyrinthiques organisées en flux tendus et zéro stock est déstabilisé par le moindre incident en un point quelconque de la chaîne. Mais elle a aussi souligné que la mondialisation détruit des emplois et des économies vivrières souvent bien plus résilientes que ces interconnexions, tout en augmentant l’usage de matières premières, la déforestation et le réchauffement climatique. Dans leurs argumentaires, les nouveaux apôtres de la relocalisation tendent pourtant à privilégier les enjeux économiques et l’approvisionnement des chaînes de production plutôt que l’urgence de créer des emplois de qualité et non délocalisables, ou celle de réduire leur empreinte écologique. À Bruxelles, le terme « autonomie stratégique ouverte » a d’ailleurs déjà supplanté toute idée de « relocalisation » : il n’est ainsi pas envisagé de remettre en cause le principe de libéralisation des marchés et d’ouverture de l’Union européenne aux investissements étrangers.

Là est en effet l’objectif des personnes qui défendent une approche minimaliste de la « relocalisation » : sauver les règles du jeu mondialisé. Il n’est pas question pour elles d’interroger les fondements normatifs du commerce mondial qui ont conduit de trop nombreuses entreprises à faire de la compétitivité-coût et de la rentabilité financière leurs seuls critères de décision. Pas plus qu’il n’est question de remettre en cause les règles de l’OMC ou les nouveaux accords bilatéraux qui limitent les politiques de relocalisation écologique et sociale.

Il n’est guère surprenant, donc, de voir la Commission européenne annoncer fin avril un nouvel accord de commerce et d’investissement avec le Mexique visant à faciliter l’importation de produits agricoles et d’énergies fossiles en Europe, et à ouvrir les marchés publics locaux mexicains aux multinationales européennes. Ni de constater que les équipes du commissaire européen au Commerce ont profité du confinement pour approfondir les négociations avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie, ou pour finaliser les chapitres manquants de l’accord avec le Mercosur, rendant une ratification possible à compter d’octobre. Le tout avec le consentement de Paris.

Bien sûr, devant la Convention citoyenne pour le climat, Emmanuel Macron a prétendu avoir « stoppé net » les négociations avec le Mercosur. Mais il n’en est rien. Cet accord est même l’une des priorités de l’Allemagne, qui a pris la présidence de l’UE ce 1er juillet, afin d’exporter plus d’automobiles et d’importer toujours plus de soja et de viande issus de la déforestation. À l’heure où les Parlements autrichien, wallon et néerlandais ont voté des résolutions contre cet accord, Emmanuel Macron ferait bien de faire à Bruxelles ce qu’il dit à Paris.

Ainsi énoncé, c’est un vœu pieux. L’exemple du Ceta l’illustre à merveille, comme les 150 membres de la Convention viennent d’en faire l’amère expérience : alors que mettre fin au Ceta, jugé non climato-compatible, était une de leurs propositions phares, Emmanuel Macron l’a écartée. L’essentiel de l’accord va donc continuer à s’appliquer, sans être ratifié, entérinant une situation qui permet à l’exécutif de ne pas se confronter à l’opinion publique. Ne nous laissons pas laisser voler cet horizon désirable et émancipateur : cosmétique dans sa version néolibérale, haineuse dans sa version nationaliste, la relocalisation pourrait pourtant être écologique et solidaire (1).

(1) Ce qui dépend de nous. Manifeste pour une relocalisation écologique et solidaire, Les Liens qui libèrent, juin 2020.

Maxime Combes Économiste, en charge des enjeux commerce-relocalisation à l’Aitec et porte-parole d’Attac.


Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.