La suite de l’histoire

Malgré deux annulations de spectacles, Stéphane Schoukroun et Jana Klein entendent continuer de se raconter et de donner la parole aux territoires.

U ne annulation, c’est rageant, c’est triste. À partir de deux, ça devient une histoire. Ça commence à nous intéresser. » C’est l’une des premières phrases que prononce Stéphane Schoukroun dans le hall du Monfort à Paris, où nous le retrouvons le 29 octobre avec Jana Klein, sa compagne à la vie et à la scène.

Au lendemain de la générale de Notre histoire, et de l’annonce du second confinement, la lamentation n’est pas à l’ordre du jour pour le couple. S’ils s’attristent et s’inquiètent de la « paupérisation des acteurs du spectacle vivant, qui, avec la nouvelle fermeture des lieux culturels, va s’inscrire dans la durée », ils entendent poursuivre le travail qu’ils mènent au sein de la compagnie (S)-vrai depuis sa création par Stéphane il y a une dizaine d’années. « Nos questionnements sur l’identité, le territoire et la place que nous y occupons en tant qu’artistes nous semblent plus urgents que jamais à partager. »

Contrairement à d’autres compagnies, (S)-vrai est heureusement bien accompagnée dans cette épreuve.

Il reste 71% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.