Aux spectateurs citoyens, la démocratie indigente

Deux films à l’affiche cette semaine, Les Promesses, de Thomas Kruithof, et Municipale, de Thomas Paulot, offrent des représentations stimulantes de la politique sur grand écran.

La série Baron noir mise à part (dont l’un des auteurs est le coscénariste des Promesses, Jean-Baptiste Delafon), la représentation de la politique sur les écrans a pris la forme d’un cliché. Exemple : pas une présidentielle sans que, désormais, quelques jours après son terme, un reportage sur la campagne de tel ou tel candidat ne soit diffusé. Une misère, dont l’origine – glorieuse celle-là – fut le film de Raymond Depardon, 1974, une partie de campagne, longtemps interdit par Valéry Giscard d’Estaing, sur la campagne qui porta celui-ci à la présidence de la République. Il s’agissait alors d’une œuvre pour le cinéma qui renouvelait la manière de poser un regard sur un leader politique.

Depuis, le cinéma français a beaucoup tenté. En fiction -particulièrement. On se souvient du ratage de La Conquête (2011), de Xavier Durringer (sur Nicolas Sarkozy), ou du peu convaincant Quai -d’Orsay (2013), de -Bertrand -Tavernier, pourtant tiré du récit graphique très inspiré d’Abel Lanzac et Christophe Blain. Plus récemment, Alice et le maire (2019), de Nicolas Pariser, offrait une représentation attrayante mais traditionnelle du pouvoir. Hors du lot, L’Exercice de l’État (2011), de Pierre Schœller, n’a pas été égalé dans sa faculté à décrire la dépolitisation… du politique. Deux films à l’affiche cette semaine s’ajoutent à la liste.

Les Promesses, de Thomas Kruithof, est une œuvre à la forme classique. Une star, Isabelle -Huppert, y interprète une maire, Clémence Collombet, dans une banlieue déshéritée. Elle achève son second mandat et ne souhaite pas se représenter. Son dernier combat ? La réhabilitation des Bernardins, une cité insalubre. Elle trouve en son chef de cabinet, Yazid (Reda Kateb), le complice parfait, connaissant le terrain comme sa poche puisqu’il en vient alors qu’elle est d’extraction bourgeoise.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.