Dossier : Fin de régime

Ce que le RN doit au camp Macron

Au terme d’une campagne marquée par les attaques de la majorité contre l’union des gauches, l’extrême droite a réalisé un score tristement historique.

Les élections législatives de 2022 devaient être celles du retour de la polarisation de la vie politique française, avec deux camps bien distincts : la gauche, réunie sous le sigle Nupes, et la droite présidentielle, sous la bannière Ensemble !. Mais, alors qu’était attendue une victoire de l’un ou l’autre camp, le Rassemblement national a brisé son plafond de verre, récoltant 89 sièges à l’Assemblée nationale et s’imposant comme le premier groupe d’opposition.

En s’acharnant sur l’alliance de gauche pour protéger leur majorité, les macronistes ont déroulé le tapis rouge à l’extrême droite, anéantissant tout espoir de front républicain, dont Emmanuel Macron avait pourtant profité au second tour de l’élection présidentielle. Pour la première fois après un scrutin majoritaire organisé sous la Ve République, le RN pourra disposer d’un groupe parlementaire. Pendant la législature précédente, le parti de Marine Le Pen ne disposait que de 8 députés. Soit une progression de 81 sièges en cinq ans.

Pourtant, c’est bien l’alliance de gauche qui a été pointée du doigt dès sa formation. Élisabeth Borne le répète à qui veut l’entendre : « La Nupes ne porte pas les valeurs de la République. » Rebelote au soir du premier tour, où la Première ministre dénonce « une confusion inédite entre les extrêmes », renvoyant dos à dos l’extrême droite de Marine Le Pen et une gauche si extrême qu’elle rassemble des cadres socialistes, écologistes et même d’anciens députés LREM. Le même soir, la ministre-candidate Roxana Maracineanu ose l’impensable et appelle au « front républicain » contre la gauche. Le camp du Président finit par déclarer que les consignes de vote seront données «au cas par cas ».

Records de votes blancs ou nuls dans les circonscriptions où s’affrontaient la Nupes et le RN.

Le mal est fait. Dans les circonscriptions où s’affrontaient la Nupes et le RN au second tour on enregistre des records de votes blancs ou nuls. Jusqu’à 18 % des votants quand la moyenne nationale est de 7,64 %. Dans les 26 duels générant le plus de refus de choisir, 9 ont été gagnés par la Nupes, 15 par le RN.

Il reste 49% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.