La Colombie de la paix

Avec l'élection de Gustavo Petro, la Colombie a donc basculé à gauche, dans le sillage du mouvement réformiste qui se dessine de plus en plus nettement sur le continent sud-américain.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Les moments de grâce existent en politique. Ils permettent de continuer à y croire. Leur simple existence constitue une victoire en elle-même. « Le gouvernement qui entrera en fonction le 7 août sera celui de la vie, de la paix, de la justice sociale et de la justice environnementale. » Cette phrase, inouïe en Colombie, sort de la bouche du premier président de gauche élu dans ce pays. Elle a été prononcée le 19 juin par Gustavo Petro. Le leader de la coalition du Pacte historique est ainsi parvenu à briser deux siècles d’hégémonie partagée entre conservateurs et libéraux. Cette imprenable forteresse de droite, profondément verrouillée par le clientélisme, aura engendré une dizaine de guérillas d’extrême gauche à partir des années 1960. Dont la plus importante, les Farc, détient un record de résilience dans l’histoire. L’accord de paix qu’elle a signé en 2016 avec le gouvernement colombien mettait fin à un conflit que l’ONU a qualifié de « plus grande catastrophe humanitaire de l’hémisphère occidental » : 260 000 morts, 45 000 disparus et 6 millions de déplacés.

Le parcours de Gustavo Petro rappelle celui de Dilma Rousseff au Brésil. Est-ce un hasard alors que le continent était plongé dans la nuit de sinistres dictatures : inspiré par la théologie de la libération, il fut membre du M-19, petite guérilla urbaine qui a déposé les armes en 1990. Arrêté, torturé. Engagé en politique, député, sénateur, maire de Bogotá. C’était sa troisième présidentielle. Avec 50,4 % des voix, il bat Rodolfo Hernández (47,3 %), magnat grossier, sexiste et… indépendant. L’immuable duo conservateur-libéral a été éliminé dès le premier tour !

La Colombie a donc basculé, dans le sillage du mouvement profondément réformiste qui se dessine de plus en plus nettement sur le continent sud-américain. Si le parcours et la génération de Petro le distinguent du jeune président chilien, Gabriel Boric, son programme est d’inspiration similaire : très social et démocratique, écologique, opposé à l’extractivisme, féministe, défenseur des minorités de genre et des groupes ethniques opprimés. À la figure d’Elisa Loncón, Mapuche qui préside la Convention constitutionnelle chilienne, répond celle de l’écologiste afro-colombienne Francia Márquez, militante des droits humains et désormais vice-présidente de la Colombie. Et s’il fallait encore trouver une raison à la volonté de changement du peuple colombien, elle tiendrait dans la promesse de Petro de construire « un grand accord national et la paix intégrale », quand son prédécesseur, Iván Duque, pur produit de la droite dure, s’est appliqué à diviser le pays et à effriter l’accord de 2016 avec les Farc, laissant craindre le retour des armes. Un risque qui tétanise les Colombien·nes.


Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.