La gauche et le libéralisme

Si les socialistes français dénonçaient le régime dictatorial à l'oeuvre en Union soviétique, jamais ils ne firent d' aggiornamento en faveur d'un libéralisme politique. Ils continuèrent ­ jusqu'en 1982 ­ à proclamer une volonté de « rupture avec le capitalisme » . Seuls les trotskistes et quelques marxistes hétérodoxes (c'est le cas de Socialisme ou Barbarie) s'attachèrent, après 1945, à développer une critique de gauche du totalitarisme soviétique, sans transiger avec la dénonciation de l'exploitation…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents