Les oiseaux perdent le Nord

Le réchauffement climatique entraîne des réactions en chaîne sur l’environnement,
qui menacent des espèces entières de migrateurs, expliquent Allain Bougrain-Dubourg et Philippe Dubois, de la Ligue pour la protection des oiseaux.

Claude-Marie Vadrot  • 24 janvier 2007 abonné·es

Rencontrés en pleine « chaleur » hivernale, Philippe Dubois et Allain Bougrain-Dubourg, coordinateur scientifique et président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), avaient prévenu : pour les oiseaux, la première conséquence du réchauffement est qu'ils peuvent être affectés par l'arrivée d'une vague de froid les surprenant en activité printanière précoce. Les migrateurs au long cours, hirondelles, cigognes ou grues cendrées, par exemple, qui s'attardent sur le territoire français ou décident d'y passer l'hiver parce que la nourriture reste abondante, voire ceux qui installent leurs nids plus tôt qu'à l'ordinaire, peuvent être soudain surpris par le froid. Car la migration, explique Philippe Dubois, « n'est pas inscrite dans le marbre et correspond

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 4 minutes