La femme qui aimait la guerre

Véronique Mermoud interprète une « Mère Courage » de Brecht incandescente.

Gilles Costaz  • 15 février 2007 abonné·es

Que deviendrait mère Courage sans la guerre ? Elle mourrait de faim, la pauvre ! Elle vit de ce qu'elle vend sur les champs de bataille, des choses à boire, à manger, à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes