La femme qui aimait la guerre

Véronique Mermoud interprète une « Mère Courage » de Brecht incandescente.

Que deviendrait mère Courage sans la guerre ? Elle mourrait de faim, la pauvre ! Elle vit de ce qu'elle vend sur les champs de bataille, des choses à boire, à manger, à porter. Alors, les tueries, faut qu'elles continuent ! Cela tombe bien : la guerre de religions où elle fait ses (petites) affaires sera appelée la guerre de Trente Ans ! Cela donne le temps de grossir sa pelote, et de ne pas se poser de questions sur l'intérêt de la paix... Sacré Brecht ! Il a beau traîner sa réputation d'auteur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.