Sous la décharge, la plage

AFP/ Abdelhak Senna Ici, bientôt, résidences de luxe, commerces, loisirs, marina. Rabat, fatiguée du sobriquet de « capitale administrative » du Maroc, veut aménager, en partenariat avec les Émirats arabes unis, 6 000 hectares de l'estuaire du Bouregreg en zone touristique chic. Budget : 2,75 milliards de dollars. Pour cela, il faut délocaliser quelques implantations peu reluisantes, bidonvilles et décharges publiques. Quotidiennement, celle d'Oulja (photo) reçoit 550 tonnes de déchets et produit 100 m3 de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents