Le ministre en direct

Jeudi 22 mars, 10 h 30. Nicolas Sarkozy sort de sa permanence électorale parisienne sous escorte policière et devant un maigre parterre de journalistes et de photographes. Il a le visage fermé. Il vient de se disputer, derrière une porte vitrée, avec des membres de son entourage. Une scène muette mais accompagnée de gestes expressifs. Il fait la tronche. Cela arrive de plus en plus souvent. Et cela se voit. Normalement, d'après le programme annoncé, il devrait être aux Antilles depuis deux jours. Mais,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents