Défense de s’abstenir !

La soirée électorale du premier tour, entre faux suspense et rivalités d’audiences, a pour seul enjeu de conserver le téléspectateur. Monotone, voire affligeant !

On se souvient qu'en 2002, au soir du premier tour de la présidentielle, ou plutôt en toute fin d'après-midi, dès 19 h, David Pujadas d'un côté, Patrick Poivre d'Arvor de l'autre annonçaient une « grosse », voire une « énorme surprise », devant la trogne joviale de responsables du Front national et la mine déconfite des lieutenants de Lionel Jospin. À soixante minutes des résultats, on voyait le truc venir comme une moissonneuse-batteuse sur une départementale. Avec cette obligation de poids pour les télés…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.