Défense de s’abstenir !

La soirée électorale du premier tour, entre faux suspense et rivalités d’audiences, a pour seul enjeu de conserver le téléspectateur. Monotone, voire affligeant !

Jean-Claude Renard  • 26 avril 2007 abonné·es

On se souvient qu'en 2002, au soir du premier tour de la présidentielle, ou plutôt en toute fin d'après-midi, dès 19 h, David Pujadas d'un côté, Patrick Poivre d'Arvor de l'autre annonçaient une « grosse », voire une « énorme surprise », devant la trogne joviale de responsables du Front national et la mine déconfite des lieutenants de Lionel Jospin. À soixante minutes des résultats, on voyait

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 4 minutes