Méchante humeur

Bernard Langlois  • 26 avril 2007 abonné·es

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne vois guère de motifs de réjouissance dans les résultats de ce premier tour. Je suis même ­ en ce lundi matin 23 avril 2007, fenêtre ouverte sur une nature en fête, emplie d'odeurs et de chants d'oiseaux, qui invite au farniente, à la promenade ­, je suis, dis-je, d'assez méchante humeur d'avoir à les commenter. Tant je les trouve débilitants.

Pourtant, la participation, me direz-vous : ne voyez-vous pas là matière à se réjouir ? Certes, mieux vaut un corps électoral qui vote plutôt qu'un qui s'abstient. Et, cette fois, les Français ont voté massivement ; preuve, disent les optimistes, d'une bonne santé démocratique recouvrée. Ouais... On

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 7 minutes